GénéralIndustries & TransportNos articles

Crise des 737 Max : l’environnement, vrai grand perdant ?

737 Max

Airbus est-il le grand gagnant des déboires du Boeing 737 Max ? La réponse est plus complexe.


Selon le New York Times, en décembre 2019, Boeing aurait découvert un nouveau défaut sur le 737 Max. Si le problème est confirmé, l’avionneur devra corriger le câblage d’environ 800 avions 737 Max déjà assemblés et cloués au sol depuis mars 2019. Un nouveau contretemps dont il se serait bien passé, car il place encore un peu plus Airbus dans une situation stratégique idéale pour dominer le marché des avions moyen-courriers (70 % des ventes d’avions). Alors Airbus est-il le grand gagnant des déboires du Boeing 737 Max ? Comme souvent la réponse est complexe. Une chose est sûre :


« Boeing consume lentement le budget nécessaire au re-développement d’un nouvel appareil. Que ce soit en perte de commande sèche ou encore en indemnisation pour les compagnies. »

Fabrice Carrere, consultant aérien chez One Man Support


Le 14 janvier 2020, Boeing avait déjà perdu 9,2 milliards de dollars depuis le début de la crise.

Avec l’A321 XLR, Airbus a marqué un grand coup

À l’inverse, avec son annonce au salon du Bourget du lancement de l’A321 XLR, Airbus a marqué un grand coup. Prévu pour 2023, cet avion qui pourra transporter près de 200 passagers sur des vols de 10 heures a reçu des avis très favorables du marché. Le constructeur européen serait donc en passe de dominer totalement le marché des avions moyen-courriers (150-250 places).


« Des avions essentiels dans l’aéronautique du futur puisqu’ils permettent de faire du point à point et donc d’échapper à la logique de hub, ce que souhaitent toutes les low cost. Mais surtout de voler plus longtemps en consommant moins de carburant »

Fabrice Carrere


Mais, aujourd’hui, le carnet de commandes d’Airbus est fourni. Ses usines tournent à plein régime et ne peuvent produire plus. Une compagnie qui souhaiterait annuler une commande au profit d’Airbus devra patienter jusqu’en 2024. Alors, même si Airbus a reçu 1 131 commandes en 2019*, les effets immédiats des difficultés de son concurrent restent relativement minimes, pour l’instant.

En revanche, le grand perdant dans cette histoire pourrait être… l’ environnement. Selon Philippe Petitcolin, le DG de Safran, la crise du 737 Max peut forcer Boeing à lancer un nouveau programme d’avion « dès l’horizon 2022-2023 pour une mise en service en 2030 ». Un tel calendrier ne permettrait pas de faire les sauts technologiques « nécessaires en termes de performance moteur pour répondre aux objectifs environnementaux », conclut Fabrice Carrere.

* Contre 54 pour Boeing en commandes fermes.

Interview réalisée par Clément Peltier pour l’Echo Touristique, 1er février 2020